History 2

L’imaginaire de la Commune by Kristin Ross

Posted On March 23, 2017 at 1:36 pm by / Comments Off on L’imaginaire de la Commune by Kristin Ross

By Kristin Ross

Show description

Read Online or Download L’imaginaire de la Commune PDF

Similar history_2 books

Handbook of European history, 1400-1600: late Middle Ages, Renaissance, and Reformation. Vol. 1: Structures and Assertions

The guide of eu background 1400-1600 brings jointly the easiest scholarship into an array of topical chapters that current present wisdom and pondering in methods important to the professional and available to scholars and to the trained non-specialist. 41 best students during this box of historical past current the nation of data concerning the grand issues, major controversies and fruitful instructions for learn of eu heritage during this period.

La France et le Royaume-Uni : des ennemis intimes

Des guerres, des alliances, des haines, des jalousies, de l. a. fascination, de los angeles répulsion, de l’émulation – et même, quelquefois, de l’amour : les kinfolk entre l. a. France et l’Angleterre, puis le Royaume-Uni ont quelque selected d’unique dans l’histoire des international locations. Après des siècles de rivalité, voire de haine, durant lesquels chacun des deux peuples a bridé les victoires de l’autre et l’a empêché d’étendre son empire sur le monde, Indépendance américaine contre perte du Canada, Waterloo contre Austerlitz, une relation originale s’est instaurée, faite de chamailleries et de batailles de rugbymen, mais aussi et d’abord de soutien aux heures sombres et d’accord sur les valeurs essentielles.

ZeitRäume 2016

ZeitRäume versammelt jährlich eine Auswahl von zeitgeschichtlichen Analysen, die am Zentrum für Zeithistorische Forschung in Potsdam (ZZF) vorgestellt wurden oder aus der Arbeit des Instituts entstanden sind. Die Zusammenstellung hat nicht den Anspruch, die am ZZF betriebenen Forschungen repräsentativ zu spiegeln.

Extra resources for L’imaginaire de la Commune

Sample text

C’est là, par exemple, rue de la Corderie, que le menuisier Pindy trouva un lit à sa sortie de prison le 4 septembre. C’est là encore qu’Élisabeth Dmitrieff se rendit dès son arrivée de Londres le 28 mars, envoyée spéciale de Marx pour rendre compte de la Commune au nom de l’Internationale. Rue de la Corderie, plus qu’à l’Hôtel de Ville, les questions qui se posent dans les premiers mois de 1871 ne sont pas, à proprement parler, des questions nationales. Il s’agit de la lutte plus vaste de la Révolution, sous la forme d’une union libre de collectivités autonomes, contre l’État.

Trois actes importants devaient montrer à quel point ce mot d’ordre avait été repensé pour servir des fins nouvelles : l’incendie de la guillotine sur la place Voltaire le 10 avril ; la destruction, le 16 mai, de la colonne Vendôme, édifiée à la gloire des conquêtes impériales napoléoniennes ; et la création le 11 avril de l’Union des femmes. Quand un groupe constitué principalement de femmes traîna une guillotine sous la statue de Voltaire et y mit le feu, il s’agissait vraisemblablement de briser toute équivalence entre révolution et échafaud.

Fondée le 11 avril, l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés se développa rapidement en mettant sur pied des comités qui se réunissaient quotidiennement dans presque tous les arrondissements de Paris. Elle devint la plus grande et la plus efficace des organisations de la Commune. Son conseil provisoire était composé de Dmitrieff et de sept travailleuses ; ses membres venaient des corps de métier les plus divers mais les travailleuses de l’habillement – couturières, blanchisseuses, tailleuses, drapières – étaient les plus nombreuses.

Download PDF sample

Rated 4.72 of 5 – based on 6 votes