Symmetry And Group

Stephen Gelbart. Automorphic Forms on the Metaplectic Group

Posted On March 23, 2017 at 8:18 am by / Comments Off on Stephen Gelbart. Automorphic Forms on the Metaplectic Group

Read or Download Stephen Gelbart. Automorphic Forms on the Metaplectic Group PDF

Similar symmetry and group books

Molecular Aspects of Symmetry

The contents of this ebook were used in classes given by way of the writer. the 1st used to be a one-semester direction for seniors on the college of British Columbia; it used to be transparent that solid undergraduates have been completely able to dealing with user-friendly team thought and its program to uncomplicated quantum chemical difficulties.

Extra resources for Stephen Gelbart. Automorphic Forms on the Metaplectic Group

Example text

13 pour faire apparaître des zéros sous la diagonale principale. a) Soit M = (aij ) (1 i n, 1 j m). Multiplions M à gauche par la matrice L1 = L1,2 (cf. e. 11) : α β γ δ = u v , −a21 /d a11 /d u et v vérifiant d = ua11 + va21 . On a en particulier αδ − βγ = 1 et donc L1 ∈ SLn (A) et la matrice M1 = L1 M a un zéro à la place (2, 1). b) On multiplie ensuite M1 à gauche par une matrice L 2 de la forme L1,3 pour faire apparaître un zéro à la place (3, 1) (ce qui remplace d par d 1 tel que (d1 ) = (d, a31 ), et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on obtienne la matrice M n−1 = Ln−1 · · · L1 M dont la première colonne est de la forme t (dn−1 0 .

0) (les coefficients de L2,3 étant choisis pour faire apparaître un zéro à la place (3, 2)). d) Une récurrence immédiate achève la preuve. Si v := (a1 . . an ) est un vecteur ligne, on dit que v est de longueur n − p si p est le plus grand entier tel que a 1 = · · · = ap = 0 (si tous les ai sont nuls, la longueur de v est 0). 15. Soit M ∈ Mn,m (A). Il existe L ∈ SLn (A) telle que la longueur des lignes de la matrice LM décroisse strictement (en particulier LM est triangulaire supérieure dans le cas où n = m).

Soit M un A-module de torsion de type fini, (a) = ann(M ) son annulateur. Alors : M= 1. M (pi ) pi ∈P, pi |a et M (pi ) = (0) pour chaque élément irréductible p i tel que pi |a ; ··· νi2 2. Il existe une suite d’entiers ν i1 élément irréductible p i ∈ P, pi |a : νik unique telle que, pour chaque k ν A/(pi ij )) M (pi ) j=1 (ce qui est équivalent à l’existence de sous-modules M ij ⊂ M (pi ) tels que ν M (pi ) = Mij et Mij A/(pi ij )) ; 3. la décomposition : ν A/(pi ij ) M i,j est l’unique décomposition de M en produit de modules indécomposables (à isomorphisme près et à l’ordre près des facteurs).

Download PDF sample

Rated 4.41 of 5 – based on 49 votes